voyage sur mesure
Créateur de voyages authentiques
Guadeloupe

L'histoire de la Guadeloupe


Connaître les grandes lignes de l’histoire de la Guadeloupe vous permettra de mieux comprendre et cerner le contexte environnemental dans lequel vous vous apprêtez à voyager. Car même si le passé de l’île reste derrière elle, il laissa derrière lui un grand nombre de traces et de vestiges, autant dans la culture de la population guadeloupéenne qu’à travers ses monuments historiques.

De la période précolombienne à la révolution en passant par la traite négrière et l’esclavage, plongez dans l’histoire aussi riche que fascinante de l’archipel. En connaissant la chronologie des événements qui se déroulèrent en Guadeloupe, vous serez en mesure d’appréhender le territoire avec un esprit averti. Retracez des siècles et même des millénaires d’histoire d’une île si proche et pourtant si loin de la France métropolitaine.


La période précolombienne en Guadeloupe

La période précolombienne correspond à la période précédant l’arrivée de Christophe Colomb en Amérique au 15e siècle. Et même si la découverte de l’île par les Européens correspond souvent au début de l’histoire guadeloupéenne telle qu’on la raconte, le territoire était en fait déjà habité bien avant cela. En témoigne le Morel Zero, site archéologique situé au Moule daté à 1500 avant J-C.

A leur arrivée en Guadeloupe au 15e siècle, les Espagnols rencontrèrent les Arawaks, une peuplade qui avait fui le peuple des Caraïbes qui les prenaient alors pour leurs esclaves. Aujourd’hui, les Caraïbes et les Arawaks font encore partie des populations présentes sur certaines îles de la région.

La période de la traite négrière en Guadeloupe

A l’arrivée des premiers Européens en Guadeloupe, l’île est convoitée pour ses terres agricoles, à tel point que les Hollandais, les Anglais, les Espagnols et les Français se battent pour en prendre possession. Les premiers travailleurs français s’installèrent pour cultiver les terres mais les conditions difficiles diminuèrent drastiquement le nombre de volontaires. Le besoin de main d’œuvre ouvrit la porte à une nouvelle période de l’histoire guadeloupéenne : celle de l’esclavage. Décrite avec détail par le Père Labat dans ses écrits, la période de la traite négrière et de l’esclavage en Guadeloupe durera près d’un siècle et demi.

La révolution et la Guadeloupe contemporaine

La révolution française à la fin du 18e siècle signe l’abolition de l’esclavage, qui sera rétablie huit ans plus tard sous Napoléon. Il faudra encore attendre une cinquantaine d’années pour que l’abolition définitive en France soit enfin prononcée. Cette sombre période de l’histoire ne sera reconnue comme Crime contre l’humanité qu’en 2001. En 1946, la Guadeloupe devient un département français, puis une région en 1982.

Au même titre que la Guyane, la Réunion et la Martinique, elle profite du statut de DOM qui lui confère le même statut que n’importe quel autre département français. Les Guadeloupéens sont pleinement français même si quelques mouvements autonomistes et indépendantistes sont toujours actifs sur l’île.