voyage sur mesure
Créateur de voyages authentiques
Saint-Barthélemy

L'histoire de Saint-Barth


Découverte en 1493 par Christophe Colomb, Saint-Barth fut ensuite envahie par les indiens Caraïbes avant d'être colonisée par les Français et les Anglais à tour de rôle. Vendue à la Suède puis rachetée par la France, l'île réussit à conserver, tout au long de son histoire, son statut de port franc. Il s'agit de l'une des premières îles à avoir aboli l'esclavage au milieu du 19e siècle, au moment de l'exode vers les îles voisines. Sa population est donc majoritairement blanche.

Découvrez l'histoire de Saint-Barth et comprenez comment et pourquoi elle joue un rôle encore fondamental aujourd'hui dans la culture et la population de Saint-Barthélemy. Ses monuments, sa population, sa culture… Tout ce qui fait de Saint-Barth un territoire unique provient de son riche passé.



La période française et britannique

Saint-Barth fut baptisée en 1493 d'après le frère de Christophe Colomb, Barthélémy. L'île fut d'abord colonisée par les habitants de l'île voisine de Saint-Kitts, puis vendue à l'ordre de Malte trois ans plus tard, en 1651. En 1656, les indiens Caraïbes massacrent tous les colons de Saint-Barth et s'emparent du territoire. Sept ans plus tard, des marins de Bretagne et de Normandie réussissent à coloniser l'île. Les boucaniers s'installent, deviennent marchands, pêcheurs ou exploitants agricoles et se plaisent sur ce territoire aride et rocailleux.

Au milieu du 18e siècle, les Anglais s'emparent de Saint-Barth. Leur occupation durera une vingtaine d'années, jusqu'à la signature du traité de Paris qui permet à la France de récupérer l'île.

La période suédoise

En 1784, l'île devient une monnaie d'échange pour Louis XVI, qui décide de la céder aux Suédois contre un droit d'entrepôt dans le port de Göteborg. Le roi Gustave III, heureux d'avoir acquis ce petit morceau de terre perdu au cœur des Caraïbes, décide d'investir dans les infrastructures de l'île. Il instaure un nouveau port franc et développe la cité autour de ce dernier. La capitale Le Carénage devient Gustavia. L'île connaît alors des années de prospérité et les navires du monde entier viennent y faire escale. En 1820, Saint-Barth décline peu à peu et de nombreux habitants décident de quitter l'île pour les territoires voisins. En 1847, la Suède abolit l'esclavage à Saint-Barth et les anciens esclaves participent à cet exode.

Le retour à la France

En 1877, le roi de Norvège signe un traité avec la France qui permet à la métropole de récupérer son île. Saint-Barth devient alors, malgré elle, un archipel de la Guadeloupe. Au milieu du 20e siècle, la France prend la décision de réorganiser ses anciennes colonies. Saint-Barth est alors un arrondissement de la Guadeloupe, elle-même département d'Outre-Mer. En 2003, les habitants de l'île votent pour leur indépendance. Saint-Barth, tout comme sa voisine Saint-Martin, devient quatre ans plus tard une Collectivité d'Outre-Mer.


Vous êtes pressé ? Remplissez notre formulaire "obtenir un devis"